mercredi 15 juillet 2020

Les chats des Neiges ne sont plus blancs en hiver - Noémie Wiorek



Bonjour à tous ! J'espère que vous allez bien !
Aujourd'hui on se retrouve pour une nouvelle chronique. Il y a quelques semaines, nous avons été contactés pour recevoir les informations sur les prochaines parutions de la maison d'édition L'Homme sans nom et Gabrielle et moi avions pu découvrir au catalogue deux nouvelles sorties qui nous faisaient envie: Les chats des neiges ne sont plus blancs en hiver de Noémie Wiorek et Carne de Julia Richard. Nous avons eu la chance de les recevoir et j'avais très envie de commencer par Les chats des neiges ne sont plus blancs en hiver

Malheureusement, je suis totalement passée à côté de cette lecture. J'ai appris en regardant un peu les chroniques du livre que l'autrice avait choisi d'écrire ce roman en jouant sur les clichés du genre: le bien, le mal et tout le toutim. Le problème pour moi, dans le fond, ce n'est pas vraiment ce cliché principal qui pose problème mais tout l'univers et les motivations des personnages construits autour. 
Je n'ai pas du tout réussi à rentrer dans l'histoire. J'avais du mal à saisir la religion/spiritualité construite sur l'élément du prologue ou à deviner l'origine de Noir. Passée cette confusion qui aurait pu être sans conséquence sur ma lecture parce que j'aurais eu les réponses plus tard, je n'ai malheureusement pas réussi à m'attacher aux personnages, je sentais le piège arriver et j'avais beaucoup de mal à comprendre les motivations des uns et des autres. Le seul personnage que j'arrivais à suivre suffisamment était celui d'Agnieszka qui semblait être le personnage le plus humain et le plus équilibré du lot. 

J'ai eu beaucoup de mal à m'attacher aux autre personnages mais c'était clairement la direction que prenait le roman. L'autrice cherche à bousculer les notions de bien et de mal, à bousculer les lignes tout en jouant avec et dans un sens, elle y arrive très bien.

J'ai un peu de mal à mettre des mots sur cette chronique, la chute du roman est inattendue, d'un certain point de vue, un peu sorti de nul part si on ne prête pas attention aux détails.
La plume de l'autrice est plutôt pas mal, mais j'ai eu du mal avec certains passages, j'avais la sensation étrange d'un côté un peu brouillon, pas très clair de certains passages qui m'a un peu dérangé (quand déjà tu accroche pas au récit, difficile de suivre correctement les passages un peu flou). Mais néanmoins cela se lit très bien une fois que vous êtes dedans et la plume de l'autrice se révèle, j'ai hâte de la lire dans d'autres ouvrages.

Le ton du récit reste celui d'un rêve un peu fou entre dévotion et religion exacerbée. C'est très différent de ce à quoi on pourrait s'attendre d'un roman fantasy. Ce qui est aussi intéressant c'est que cette disparition de l'hiver fait écho à notre époque: la disparition des espèces liées au réchauffement climatique, les peuples qui en subissent les conséquences, les préjugés sur les étrangers.

Une découverte en demi-teinte pour moi qui n'a pas réussi à m'emporter.

6.5 / 10
Votre note ? Votre avis ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire