mercredi 17 juillet 2019

La vie dans les Bois - Jennifer Murzeau



Bonjour à tous !
Aujourd'hui, je vous retrouve pour vous parler d'un livre reçu via la masse critique Babelio et les éditions Allary que je remercie pour cet envoi. Lors de la dernière masse critique non fiction orienté documentaire, essai, écologie etc, j'avais repéré cet ouvrage parmi d'autres qui m'intéressaient particulièrement car ils avaient pour point commun d'être tourné vers les problèmes d'écologie, de développement durable ou… de féminisme !

J'ai reçu ce livre il y a deux semaines et l'ai quasiment commencé dans la foulée ! J'avais trouvé le résultat intéressant puis qu'il prenait nos problèmes environnementaux d'une façon assez inhabituel en nous invitant à renouer directement avec la nature, notre nature, celle à laquelle nous appartenons aussi en suivant le parcours de l'auteur pendant une semaine, dans les bois, sans eau ni nourriture. Ou presque.

C'est précisément l'aspect qui m'a dérangé dans le récit, on nous promet qu'à part un guide, il n'y aura que l'auteur face à la nature, néanmoins Jennifer s'embarque tout de même avec son téléphone, sa crème solaire et son guide, avec un kilo de riz, un briquet et d'autres accessoires tout aussi intéressant mais beaucoup moins naturel.  Alors, oui, la question est aussi de ne pas se mettre en danger et de survivre plutôt sainement mais j'ai quand même ressenti une grosse impression d'exagération de la part du résumé. L'auteur ne part pas seule, pas au début en tout cas et ne passera au final que trois jours complètement seule. 
Ce qui m'a agacé aussi c'est qu'en plus de partir avec un guide, l'auteur n'a même pas pris la peine de se documenter un peu avant sur le sujet… On nous parle de saut dans l'inconnu et de confiance en l'autre, parce qu'elle se retrouve avec un guide masculin, survivaliste un peu édulcoré, qu'elle ne connait même pas sans même avoir prit la mesure de ce qui l'attendait. 

Personnellement j'aurais fait mes propres recherches avant ne serait-ce que sur les végétaux comestibles, la façon de filtrer l'eau et de faire un feu (même si je sais déjà comment utiliser l'amadou et faire un feu…). J'ai trouvé ça totalement inconscient, et ai finalement remercier la présence du guide..; mais on est loin du parcours de Cheryl Strayed dans Wild. 

Passé ce côté surjoué et vendeur de la quatrième de couverture et mon incrédulité face au choix de l'auteure, on découvre néanmoins une belle plume, riche et averti, qui  maitrise parfaitement son sujet, source à l'appui. J'ai découvert pas mal de chose, de ce point de vue concernant l'éthique environnementale, l'appartenance de l'homme à l'environnement et la philosophie qui s'en dégage. 
L'auteure mêle très bien le côté lyrique du retour à la nature et le sérieux de la situation catastrophique de la planète et l'impact que nous avons sur elle !

L'ouvrage est donc très intéressant d'un point de vue documentaire mais si vous voulez vous immerger dans un trail initiatique face à l'immensité de la nature, je vous dirais de passer votre chemin. 

7 / 10
Votre note ? Votre avis ?



dimanche 14 juillet 2019

This Week n°152



Côté lectures:
* Cette semaine, Priscila a terminé La jeune fille à la Perle de Tracy Chevalier et a ensuite lu et terminé La vie dans les bois de Jennifer Murzeau qu'elle avait reçu via Babelio. Elle a depuis commencé Cogito de Victor Dixen, une lecture qu'elle attendait avec impatience. Elle espère ensuite lire Une braise sous la cendre de Ray Sabaa Tahir.
* Gabrielle a terminé sa relecture de L'Autre T2, et continue la lecture de Cress doucement mais sûrement! La prochaine lecture n'est pas encore décidée... :p 

Côté articles:
Plusieurs articles cette semaine:
- Deux chroniques cinéma d'abord, avec John Wick Parabellum et Simetierre, tous deux vu par Léane.
- Et deux chroniques littéraires bien différentes avec: Stranger Things Suspicious Minds de Gwenda Bond et La jeune fille à la perle de Tracy Chevalier, chroniqués par Priscila. 

Côté Vidéo:
Cette semaine Priscila vous montre le contenu de la Box de Juin de Mille et un livres !



Citation de la semaine:
"De tout temps, les humains ont dû se battre pour échapper aux bêtes sauvages qui voulaient les dévorer, aux brigands qui voulaient les détrousser, aux nations étrangères qui voulaient les asservir. Mais que peut bien vouloir la première intelligence artificielle forte, l'unique forme de conscience qui ne soit pas issue de l'évolution? "
Cogito - Victor Dixen

Instant découverte:
Cette semaine, Priscila avait envie de vous faire découvrir une autre chaîne ASMR qu' elle beaucoup, celle de ASMR Glow, une youtubeuse anglaise qui propose quelques vidéos en français mais surtout pas mal de "Roleplay" dont le "Fixing You" et son coté science-fiction. Le dernier est d' ailleurs sublime mais pour vous habituer au concept voici le premier épisode.




Quel est votre bilan de la semaine ?

samedi 13 juillet 2019

La jeune fille à la perle - Tracy Chevalier



Bonjour à tous !
Aujourd'hui je vous retrouve pour la chronique d'un livre extrêmement connu et qui est surement devenu une sorte de classique de la littérature ! Un livre maintenant incontournable en matière de roman historique et fictif ! Tracy Chevalier a d'ailleurs fait couler beaucoup d'encre avec son roman qui, je pense, est celui qui l'aura rendu la plus célèbre.
J'avais bien entendu, eut vent de cette œuvre ne serait-ce que parce qu'il est rattaché au tableau du même nom, du non moins connu, peintre Vermeer. J'avais très envie de découvrir ce que l'auteur avait pu nous écrire sur le sujet d'autant que si d'un point de vue historique l'auteure a fait un excellent travail en matière de restitution de l'ambiance et des convenances de Delft, des différentes relations du peintre et de sa famille, l'histoire n'en reste pas moins quasiment fictive. 

J'ai beaucoup apprécié l'histoire, je ne savais pas à quoi m'attendre en commençant ce roman. Est-ce que l'histoire allait être haletante à l'histoire d'une romance interdite qu'on pourrait lire de nos jours ? Est-ce que cela allait être assez pompeux et soporifique au vu du cadre historique ?
Je n'en savais absolument rien et j'ai été heureuse de découvrir un style et une histoire au finale assez douce et assez calme. On est loin du roman rocambolesque ou à suspens, on suit doucement l'histoire de Griet, une jeune fille embauché comme nouvelle servante dans la maison des Vermeer.

Griet est un personnage assez singulier, très calme, très posé et plutôt silencieux mais qui n'en boue pas moins intérieurement, qui n'en pense pas moins et qui s'interroge beaucoup. C'est un personnage à la fois curieux et presque introverti qui n'est jamais sorti de sa partie de la vielle ou presque et qui va se retrouver dans une famille à mille lieux de ses croyances et son mode de vie et rien de moins que chez un des plus grand peintre de la ville !

Néanmoins, même si j'ai beaucoup aimé lire ce roman et adoré avancer chaque jour dans l'histoire jusqu'à son aboutissement, je ne me suis pas vraiment attachée aux différents personnages, il est parfois difficile de deviner ce qu'il se cache derrière ce qui semble être l'esprit de génie de Vermeer et les autres personnages sont parfois assez agaçant dans leur nature.

Le style est très bon, il porte agréablement l'histoire qui comme je le disais est assez posée, assez calme, c'est une tranche de vie relativisée et contée. L'ouvrage se lit assez facilement et assez rapidement (il faut dire qu'il n'est pas très épais non plus xD). 

C'est une bonne découverte, j'ai très envie de découvrir La dame à la licorne même si on m'a déjà dit qu'il était surement moins bon...

7,5 / 10
Votre note ? Votre avis ?

vendredi 12 juillet 2019

Chronique cinéma: Simetierre



Un Stephen King, Un ! 

La famille Creed est une famille américaine typique. Louis et sa femme Rachel ont décidé de quitter Boston pour que Louis puisse profiter de leurs enfants : Ellie (8 ans) et Gage (2 ans). Mais bien entendu, comme vous vous en doutez, les choses ne passeront pas comme prévues et vont vite mal tourner...

Tiré d’un roman de Stephen King, Simetierre s’annonçait comme un bon film d’épouvante qui allait nous faire trembler. L'auteur étant d'ailleurs devenu un maître dans cet art, vous n'êtes probablement pas sans savoir que Stephen King est devenu une figure incontournable de la littérature d'horreur et d'épouvante !

Le bon point, c'est une ambiance soignée. Bordé d’une immense forêt, la maison des Creed est entourée de 20 hectares de terrain dont la famille ne sait absolument rien. Il découvre rapidement un cimetière pour animaux un peu glauque. Et une fois que l'on a traversé ce cimetière, nous découvrons un marécage dissimulé par un épais brouillard. C’est ce lieu qui sera important pour l'intrigue. D’autres lieux sont à découvrir notamment au début du film mais, malheureusement, ils ne serviront pas à grand-chose. 

Les personnages principaux (Louis, Rachel et Ellie) sont assez simples mais ils évoluent quand même au fil de l’histoire. Néanmoins, les intrigues secondaires laissent à désirer. Notamment celles entourant Rachel ou encore Jud (le voisin) qui, selon moi, n’ont pas de bases solides.  

D’un point de vue scénaristique, l’histoire est simple. Un petit peu de tension peut être ressentie ici et là mais rien de bien prenant. Bien qu’il soit agréable à regarder, on a tendance à s’ennuyer et c'est vraiment dommage pour ce genre de film ! 

Si vous voulez voir un bon film d’épouvante tiré d’un roman de Stephen King, regardez ‘ça’ sorti en 2017.

6 / 10
Votre note ? Votre avis ?

jeudi 11 juillet 2019

Stranger Things: Suspicious Mind - Gwenda Bond



Hello !
Fin mai, j'ai eu le plaisir d'acheter ce livre centré sur l'univers de la série Netflix: Stranger Things et notamment sur l'histoire du laboratoire Hawkins et le début des recherches du Dr Brenner. J'étais ravie de pouvoir découvrir ce premier livre sachant qu'un second sortait dans les jours qui suivait. J'avais hâte de retrouver l'univers de la série mais cette fois en film et d'en apprendre plus sur les mystère de  Hawkins, l'Upside Down et les créatures qu'il héberge. 

Même si l'on retrouve de nombreuses références à l'époque que ce soit en terme de musique, littérature ou mode de vie, je n'ai malheureusement pas vraiment retrouvé l'univers pesant de la série. J'ai trouvé que l'atmosphère qu'on essayait de nous dégager avec les inquiétantes expérimentations du Dr Brenner et de son équipe était assez redondants. On nous répète un peu qu'il faut savoir que tout cela et froid, que Brenner est un monstre à visage humain mais ça n'a pas suffit pour me mettre une certaine pression et une légère angoisse à la lecture. 

J'ai plus eu l'impression de me retrouver devant un autre Young adult un peu dystopique, on a l'impression d'un manque d'information sur les expériences et leur but, leur fonctionnement, leur cheminement et personnellement j'en attendais plus que de savoir que les cobayes étaient soumis à un trip au LSD avant les expérimentations...

Le scénario est intéressant mais un peu redondant et un peu long par moment, il n'y a pas de gros rebondissement à part la fin qui est assez crescendo. Les longueurs dans le récit n'ont malheureusement pas aider m'a lecture et j'ai eu beaucoup de mal à avancer, il m'a fallu plus de temps que je ne le pensais pour finir l'ouvrage.  

Même si j'adore Eleven (Onze), je n'ai pas réellement réussi à m'attacher à Terry même si j'ai beaucoup aimé l'histoire en elle-même et le commencement de l'intrigue, à savoir ces jeunes gens réunis et qui finissent par se lier les uns aux autres pour affronter les mystères et les dangers qui les entourent, révélant peu à peu chacun de soi. J'aurais d'ailleurs aimé en savoir plus sur certains personnages et connaître leur devenir car je ne me rappelle pas qu'on en ai fait référence dans la série, à par Terry, Kali et Onze. 

Au niveau de l'écriture, rien à redire, on est sur un style assez habituel, facile à lire sans fioriture et qui conviendra à tout un public. 

Une découverte intéressante pour les fans de la série, mais sans plus pour ma part.

6.75 / 10 
Votre note ? Votre avis ?

mardi 9 juillet 2019

Chronique cinéma: John Wick Parabellum



‘John Wick : Parabellum’
Expert en combat rapproché, en équitation et en protection canine. 

Et oui ! C’est déjà la fête du cinéma ! J’en ai profité pour aller voir le dernier John Wick sans en attendre grand-chose. J’ai été très agréablement surprise. 

Bien pensé avec une ambiance qui lui est propre, ce 3éme opus offre une intrigue assez simple. John a tout simplement sa tête mise à prix et il va tout faire pour rester vivant pour chérir la mémoire de sa femme disparue. Mais il vous plonge dans une ambiance sombre avec un jeu de couleur et de lumière qui rappelle Matrix. Cette ambiance est parfois cassée par des scènes drôles qui apparaissent intelligemment ici et là au cours du récit et qui permettent aux spectateurs de respirer. 

L’univers John Wick n’est pas tendre. L’origine story de ce personnage est noire, rempli de violence. Violence que l’on retrouve dans des scènes d’action réglées au millimètre près. Elles sont très impressionnantes mais aussi cocasses. John Wick utilise son environnement pour se défendre, il peut donc attraper une hachette ou un fusil, comme il peut utiliser des chevaux (La SPA serait déjà à ses trousses). 

Pour info, c’est Keanu Reeves qui a réalisé la grande majorité des scènes de combat, c’est un excellent acteur qui est très crédible dans ce rôle (bien qu’il ne parle pas beaucoup, mais bon ça fait son charme). On peut aussi apercevoir Halle Berry (et ses chiens ! Oui il y a des chiens dans ce film *emoji heart eyes*), Ian McShane ou encore Lance Reddick qui ont chacun leurs places attitrées.

Un conseil ! Regarder les films précédents pour ne pas être perdus au début. Les différents personnages que vous rencontrerez au cours du récit ont déjà été présentés ! 

Un bon film d’action divertissant qui se tient et qui ne laisse pas sur sa faim !

7.5/10
Votre note ? Votre avis ?