mardi 22 mai 2018

Chronique film: Mother!


Hello tout le monde !
Ayant adoré Requiem for a dream et Black Swan, je voulais voir ce que leur réalisateur Darren Aronofski avait fait d’autre. Mother ! était sorti au ciné l’année dernière, je n’avais pas eu l’occasion d’aller le voir mais j’avais lu énormément de critiques de ce film, et il me semblait très intéressant ! On reconnaissait la patte Aronofski, et en même temps ce genre de film métaphorique était quelque chose d’assez nouveau que j’avais envie de découvrir.
J’en ai eu l’occasion dernièrement, mais il faut préciser que je l’ai vu en connaissant déjà l’histoire, de quoi il s’agissait : il n’y a donc pas tellement eu d’effet de surprise, mais ce n’est pas très important d’après moi, puisque je recherchais surtout quelles différentes interprétations on pouvait faire de ce film.

Comme vous avez pu le lire dans le résumé, l’histoire tourne autour d’un couple : lui est un écrivain en manque d’inspiration ayant tout perdu dans l’incendie de sa maison ; elle a rebattit toute la maison avec de gros travaux de rénovations qu’elle a entreprit toute seule avec brio, et elle tente de créer un petit cocon pour ce couple. Un autre couple vient s’installer chez eux, invités par l’homme : cette situation d’hébergement est censée être provisoire mais cela s’éternise, et la femme est très perturbée par cette intrusion, et par les événements qui en découlent.
Il y a vraiment dans ce film un climat anxiogène qui est produit déjà d’une part par le côté labyrinthique de cette immense maison, mais aussi d’autre part par la focalisation interne sur la femme : on la suit en gros plans rapprochés, toute l’histoire est de son point de vue, on ressent cette oppression et cette incompréhension ambiante, on est vraiment immergés dans son état d’esprit, dans sa totale perte de contrôle.
Je ne suis pas assez calée pour vous parler davantage du côté technique de Mother !, et ce qui m’intéressait davantage dans ce film, c’est son côté métaphorique, les différentes interprétations que l’on peut en avoir. De mon propre visionnage et de ce que j’ai pu lire au sujet de ce film, je peux lister 4 types d’interprétations (que je vais classer de la plus importante/évidente à la plus marginal, d’après moi) :

* L’Allégorie de la vie : Lawrence est représentée comme une sorte de Mère Nature, qui ne cesse de donner d’elle-même (dans la reconstruction d’un cocon, dans l’accueil d’étrangers) et qui voit ses fruits totalement gâchés, et son monde devenir hors de contrôle. Le Chaos qui prend place progressivement atteint d’ailleurs son paroxysme dans une scène apocalyptique où semblent représentés tous les maux de l’humanité.

* Un Symbole de la Religion : la symbolique religieuse est en effet très très présente d’après moi:
[ATTENTION SPOILER]
Le couple de base est constitué du Dieu Créateur et de la Déesse-mère Gaia ; Dieu fait entrer dans ce paradis Adam (blessé à la côte !) puis Eve ; Eve qui enfreint la seule interdiction de la maison ; arrivent leurs enfants Cain et Abel qui se querellent à mort ;  puis l’image du Déluge (où J. Lawrence hurle "They won't listen !" comme dans la Bible) ; et enfin le Fils de Dieu offert en pâture aux Hommes qui en font une Eucharistie…
[FIN DU SPOILER]
Je ne sais pas trop que dire de tous ces symboles, ils sont évidents mais je ne sais comment les interpréter…

* Une Peinture de la nature humaine : ce film met en scène notre psychologie paradoxale, où nous avons à la fois envie que l’autre s’épanouisse, et peur qu’il nous échappe. C’est également une représentation du fantasme de l’amour-autarcie (couple hors du monde VS réalité). Cette lecture cohérente mais semble trop plate, trop premier degré d’après moi.

* Une Métaphore de la création artistique : Nous pouvons interpréter le film ainsi si on se centre sur l’image de l’écrivain. Ce film décrit un cycle infini de souffrances qui mènent à la vie, un cycle de création par la destruction. On voit bien ici la démarche vampirique/cannibale du créateur, qui se nourrit de l’amour de cette femme, de son entourage (on sent le « cœur » de la maison qui s’assèche, etc), pour créer. Ce point de vue est intéressant mais reste pour moi marginal, et il ne nous dit de plus rien de bien nouveau : on rejoint une  vision très romantique de la création comme on la connait chez Alfred de Musset par exemple :
« Leurs déclamations sont comme des épées :
Elles tracent dans l’air un cercle éblouissant,
Mais il y pend toujours quelque goutte de sang. »

C’est pour moi vraiment les deux premières interprétations qui me semblent les plus intéressantes et les plus cohérentes, même si les deux autres tiennent la route. Et c’est ce qui est génial dans ce genre de film : chacun peut avoir une interprétation différente du moment qu’il a de quoi la justifier ! Mais c’est aussi d’après moi un des défauts de ce film : à vouloir rendre son intrigue si riche d’interprétation différentes, j’ai l’impression qu’Aronofski s’est un peu perdu dans tout ce feuilleté de signifiance (coucou Roland Barthes ;) ), et à vouloir parler de tout, finalement il ne parle de rien…

Je suis encore à la recherche de bonnes critiques de film capable de m’en dire plus sur ce film qui reste pour moi encore flou, je suis toute ouïe si vous en avez à me proposer ! :p


8/10
Votre note ? Votre avis ?




dimanche 20 mai 2018

This week n°98


Hello !
Retour sur l'actualité d'une petite semaine puisque nous sommes malheureusement très occupée en ce moment en dehors du blog ! Mais les choses devraient redevenir à la normale au cours de cette semaine !

 Côté Lecture
* Cette semaine, Priscila n' a que très peu avancé dans ses lectures: deux ou trois chapitres du Trône de Fer, jusque vendredi, date de fin de ses oraux ! Elle a depuis commencé en lecture commune avec Milleca, L' étreinte des flammes, le neuvième tome de la série Mercy Thompson et lu Les tomes 5 et 6 de The Ancient Magus Bride.
* Cette semaine, Gabrielle a seulement avancé dans sa lecture de La Mémoire de Babel... Elle espère se rattraper la semaine suivante!

 Côté vidéo:
Ce fut la semaine des vidéos communes: un swap et un challenge!!




Citation de la semaine:
Ce qui caractérise notre époque, c' est la perfection des moyens et la confusion des fins.
Albert Einstein


Instant découverte:
Cette  semaine, Gabrielle aimerait vous parler d'Arel3, la nouvelle websérie que Bruce Benamran diffuse actuellement sur Youtube. Il s'agit d'un huis clos, genre que Gabrielle apprécie tout particulièrement, très mystérieux et qui joue beaucoup sur le suspens! De nombreux indices semblent être laissés par le scénariste pour nous faire émettre des hypothèses, et on a hâte de connaître le fin mot de l'histoire!!



Gros bisous à tous et à bientôt!
Gabrielle et Priscila

dimanche 13 mai 2018

This week n°97



 Côté Lecture
* Durant ces deux semaines, Priscila a terminé Emma de Jane Austen que Gaby lui avait choisi en lecture du mois d'avril et donc vous pourrez retrouver la chronique cette semaine. Elle a aussi découvert un nouveau manga dont elle vous parle rapidement si dessous: Mon ami Lusky. Le mois de mai étant arrivé, Priscila a lu et terminé - on devrait dire dévoré - La faille de la nuit, le tome 8 de la série Mercy Thompson. Elle a aussi relu les Vampire Knight pour vous chroniquer la série et puis Origine de Dan Brown dont la chronique arrivera cette semaine.
Elle en a aussi profité pour lire les sept premiers tomes de la série de Bd Princesse Sara ! Cette semaine elle commencera Let the storm break de Shannon Messenger.
* Beaucoup de lectures pour Gabrielle en ce moment! Elle continue lentement Le Mythe de Sisyphe, tout en dévorant le 3ème tome de la saga La Passe Miroir, et a également entamé le premier tome de la saga Mercy Thompson, la relecture du Pacte des Marchombres, et les mangas Fruit Basket! Elle finira avec le premier tome de Dôme, la série de Stephen King.

 Côté articles:
Comme il n'y a pas eu de This Week la semaine dernière, gros bilan aujourd'hui!
D'abord les mangas et les BDs: vous pouvez désormais retrouver Meru Puri, Vampire Knight et Elinor Jones! Mais également dans d'autres genres: La Famille presque Zéro Déchets dans les essais, Emma de Jane Austen dans les classiques, et le 8ème tome des Mercy Thompson dans les sagas fantastiques.
Voici également notre habituel bilan du mois d'avril.
Et pour finir: la chronique du film Seul sur Mars!

 Côté vidéo:
Priscila vous présente ses achats des deux derniers mois!



Le saviez-vous?
La bande annonce du Cercle Littéraire de Guenersey l'adaptation du Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates est sortie !



La Minute Chronique:
Mon ami Lusky est un manga que Priscila a emprunté par curiosité à la bibliothèque municipale, il raconte l'histoire d'une jeune collégienne qui se rend compte que son chien, un magnifique Husky, est capable de se transformer en être humain. Il en déroule de cette histoire toutes une série de situations cocasses que les deux protagonistes doivent affrontés. Si le passage sur la compréhension du concept de "mort" lui a tiré les larmes aux yeux, ça n'a reste pas moins un manga très jeunesse pour les enfants ou les presque ados relatant une jolie histoire d'amitié.

Instant découverte:
Priscila avait envie de vous repartager une nouvelle playlist de musique des années 70-80 ou d'avant etc qui l'a mettent de bonne humeur en ce moment et lui rappelle La vie rêvée de Walter Mitty ainsi que Seul sur Mars dont elle vous parlera cette semaine:

☀️☀️☀️☀️☀️☀️☀️


Gros bisous à tous et à bientôt!
Gabrielle et Priscila

samedi 12 mai 2018

Chronique Manga: Vampire Knight [Série]



Hello !
Aujourd'hui, je vous retrouve enfin pour la chronique d'une des séries de manga dont je vous ai déjà parlé sur le blog mais surtout sur la chaîne à l'occasion de la vidéo Top 10 manga mais aussi dans la vidéo Top 10 Bit Lit puisque vous l'aurez bien entendu découvert avec la fiche de l'ouvrage, on y parle de Vampires et cette série avait donc tout à fait sa place dans ce top aussi ;)

J'ai découvert cette série à l'époque du collège - aie aie, ça nous rajeunit pas tout ça ! - alors que le genre bit lit battait justement son plein ! J'adorais comme beaucoup d'entre vous ce nouveau genre qui mêlait fantasy et créatures sanguinolentes avec brio ! Et je ne parle pas du côté romance (#générationtwilight xD). 
J'avais adoré le concept de cette histoire (il faut dire qu'en parallèle je lisais les Trinity Blood et c'était une tout autre histoire xD), j'étais au collège et j'avais une histoire qui se déroulait dans une école avec une Day class pour les humains et une Night class pour les Vampires ! Une base parfaite pour commencer !

Je me suis assez vite attachée au personnage de Yuki, une élève qui connait l'existence des Vampires et fait tout pour assurer la protection de ce secret et celle des humains qui s'en approcheraient de trop près. Et bien sur, il y a Kaname, ce vampire un peu sombre à l'allure charismatique qui en charmerait plus d'une et qu'à mon grand damne, j'ai aussi succombé xD. La relation entre Yuki et Kaname est évidente, de par leur passé commun et c'est intéressant de l'explorer au fil des tomes !
Et il y a Zéro, un fils d'Hunters, ses chasseurs de vampires, une guilde crée pour assurer la sécurité des humains et s'occuper des vampires à problème, lui aussi a un lourd passé et cela permet de mêler des intrigues bien intriquées dans cette grande série !

L'univers est bien construit, on nous dévoile toute une hiérarchie et toute une société vampirique construite autour des Sangs purs dont les lignées n'ont pas été avilies et dont le pouvoir -impressionnant- est encore intact ! C'est très intéressant d'autant qu'on voit le point de vue d'un Sang Pur: Kuran Kaname mais aussi de vampires bien plus ordinaires comme ceux de la Night Class qui font tout de même parti de l'aristocratie. Les humains sont un peu moins présents dans cette série, si ce n'est le statut particulier des Hunters et celui des élèves de la Day Class dans la première moitié de la série.

J'avais adoré cette première moitié de cette série, pour moi tout se jouait sur les relations entre le trio de tête: Yuki, Zéro et Kaname, ainsi que les enjeux un peu plus politiques, le tout aboutissant à la révélation sur le passé de Yuki et de Kaname. Et pour moi, la série aurait pu s'arrêter à "Ils vécurent ensemble jusqu'à la fin des temps" xD. Malheureusement pour moin et mon romantisme à deux francs, la série s'est poursuivie et beaucoup moins comme je l'entendais. L'existence des Sang purs a prit une place beaucoup plus importante et bien qu'on en ai appris plus sur l'origine des premiers Vampires et le métal Originel à la base des armes anti-vampires, j'aurais préféré que la série s'arrête avant, dussé-je ne pas avoir les réponses aux quelques questions !

Parce que passé ce moment, la série -et Kaname- ont perdu un peu de leur charme à mes yeux ! J'aurais vraiment aimé que l'auteur n'aille pas aussi loin, bien que le caractère triste et "fatigué" de Kaname y poussait doucement mais surement. Le message de fin, le sacrifice sont beaux mais semblent presque hors de propos. J'ai trouvé qu'entre le tome 10-11 et 19, la fin était quelque peu, saccadée, ça manquait de fluidité. Pour moi, les motivations manquaient de véritables émotions et c'est surement ce qui m'a fait moins aimer. Oui, Kaname a toutes les raisons du monde mais ça me laisse le même arrière goût de tristesse que Will abandonnant la vie et Lou dans Avant toi... Et forcément, j'en ai eut les larmes...
Les deux derniers tomes sont encore plus saccadés, j'ai eut du mal à savoir où était le revirement de la guilde et pourquoi... entre les partisans et Kaien Kurosu... c'était un peu bâclé. Et la fin est triste, belle, mais triste. Et puis, tout ça pour que Yuki finisse comme ça xD (désolée c'est la frustration du "ça ne finit pas comme je voulais" qui parle !). 

Le dessin s'est amélioré depuis Meru Puri mais on reconnait cette patte qu'elle avait déjà dans cette série comme vous pourrez le constater ;) 


J'ai hésité à mettre un 8 (ou moins) à cause de cette deuxième partie de série qui m'a fendu le coeur, je l'avoue. Néanmoins c'est une très bonne série et l'une des meilleures de Matsuri Hino, alors foncez !

8 / 10
Votre note ? Votre avis ?

vendredi 11 mai 2018

Chronique film: Seul sur Mars



Bonjour !
Je vous retrouve aujourd'hui pour une courte chronique d'un film que tout le monde a déjà du voir - sauf moi - xD. Vous l'avez vu, aujourd'hui je vous parle d'un film de science-fiction, plus ou moins réaliste en fait, qui se déroule sur notre chère planète rouge: Mars. Je dis cela car ce ne serra pas sans vous rappeler une série de livres que nous avons plus bien aimé sur ce blog: Phobos !

Et d'ailleurs c'est vraiment la sensation que j'ai eu avec les premières images de la planète, je m'attendais même à voir jaillir le satellite Phobos dans un coin de l'écran, s'afficher le nom de la vallée où nos pionniers se posent ou apercevoir le visage "caché" dans les montagnes de Mars ! Rien de tout ça bien sur, c'eut été trop beau xD
Les images sont assez époustouflantes et pour le coup, on se croirait vraiment sur place. Apparemment, même pas d'images de synthèse pour les décors incroyables de cette planète rouge mais un site parfaitement terrestre correspondant à ce qu'on pourrait y voir ! C'est bluffant !
Ce qui était intéressant, en revenant à Phobos, c'est qu'il m'était plus facile de comprendre cette histoire de décalage de transmission et de "sol" martien par rapport à nos jours terrestres !

Concernant l'histoire, bien qu'un peu tirée par les cheveux (je parle du coup de la combinaison...), le scénario semble assez réaliste ! J'ai beaucoup aimé le côté un peu scientifique vulgarisé pour nous faire comprendre comment il va réussir à survivre. C'est assez ingénieux et d'une simplicité parfois enfantine (enfin, avec un minimum de connaissances logiques). 

J'ai bien aimé le personnage qui ne se laisse pas abattre néanmoins, sa bonne humeur et sa résistance m'ont tout de même fait tilter. Il garde une hygiène de vie qui semble assez saine et mentalement, il a l'air d'aller bien. Notons quand même qu'il a passé plusieurs mois sans contact avec la moindre civilisation et presque un an (ou plus) sans voir ne serait-ce qu'une vrai personne ou attendre autre chose que sa propre voix et les mêmes chansons en boucle ! N'importe qui irait mentalement moins bien, beaucoup moins bien et je suis déçue que le film n'aitpas joué sur ce côté psychologique (un peu comme le faisait Passengers au début du film) !

Parlons des musiques justement, j'ai trouvé vraiment sympa cette seconde bande son ajoutée au film, sous couvert d'une playlist embarquée par l'un des protagonistes, on redécouvre de bonnes musiques disco qui mettent un peu de gaieté dans cette histoire x)
J'ai apprécié quelques uns des personnages secondaires joués par des acteurs que j'avais déjà rencontré comme Jessica Chastain, Sebastian Stan, Sean Bean (parlons d'ailleurs de cette référence au Seigneur des anneaux avec le "Projet Elrond", c'était hilarant xD avec Sean Bean en fond de table, j'ai repensé à Boromir -vive les références geek, ça n'a pas de prix! - ) et Chiwetel Ejiofor ou Kirsten Wig que j'avais vu dans La vie rêvée de Walter Mitty !

Un film sympa et musicalement intéressant ! 

8 / 10
Votre note ? Votre avis ?


jeudi 10 mai 2018

La faille de la Nuit - Mercy Thompson T8 - Patricia Briggs



Hello !
Je vous retrouve aujourd'hui pour la chronique d'une suite de série que vous avez déjà vu de nombreuses fois sur ce blog: la série des Mercy Thompson de Patricia Briggs ! Je ne sais plus combien de fois je vous ai parlé de cette série, que ce soit sur le blog ou en vidéo (comme dans le Top 10 Bit Lit), et je ne sais plus non plus combien de fois je n'ai cessé de vous répéter que c'était pour moi une des meilleurs séries bit lit que je connaissais et que j'adorais poursuivre. Aussi bien pour son personnage que pour son univers extrêmement riche et très bien développé, je crois que cette série de Patricia Briggs est une des rares séries à nombreux tomes dont j'arrive à ne pas me lasser !

Ce mois-ci j'avais choisi de lire uniquement des suites de série que j'avais déjà commencées, pour essayer d'avancer un peu et réduire ma PAL avant de me tourner vers d'autres nouvelles séries. Puis, nous en avons parlé avec Milleca et avons décidé de nous lancer dans une lecture commune, avant que nous nous rendions compte qu'elle l'avait déjà lu.
Mais j'étais déjà bien trop avancée dans l'ouvrage et bien trop empressée xD
J'ai littéralement dévoré ce tome ci !!! Milleca pourra vous le prouver !

J'ai été ravie de retrouver cet univers et surtout le personnage de Mercy, bien sur, c'est le personnage principal et forcément on s'y attache mais ce qui me fait aimer ce personnage comme je vous le dit à chaque fois, c'est son originalité par rapport aux autres personnages de bit lit. C'est un personnage fort, coriace même et dans ce nouveau tome j'ai aimé retrouvé cette facette de sa personnalité, elle était beaucoup moins dans l’apitoiement et ça faisait véritablement plaisir !
On a enfin dépassé le stade de repli dont souffrait le personnage avec les gros événements du tome 5 et le peps est définitivement revenu chez Mercy après le petit crescendo des tomes 6 et 7 ! Elle est enfin remontée à bloc !

Cette fois-ci l'auteur dit adieu au point du vue d'Adam et on se contente uniquement de ce que vit Mercy. C'était un plus dans le précédent tome qui n'était pas nécessaire dans celui-ci et je suis ravie que l'auteur puisse manier son mode de narration pour faire passer son histoire ! On découvre de fait de nouveaux personnages, du point de vue de Mercy, ce qui nous donne l'occasion d'en apprendre un peu plus sur les enfants de Coyote. Je vous avoue que j'espère en savoir encore d'avantage dans la suite de cette série et découvrir encore de nouvelles mythologies.
C'est d'ailleurs un des points très intéressant de ce récit, si on s'était d'abord cantonné aux créatures basiques (vampires, loup-garous), qu'on était passé par les faes en explorant les mythes et légendes du vieux continent, qu'on s'était approché des mythes amérindien; on part cette fois-ci sur de toutes autres traces et j'ai trouvé ce point intéressant ! Ça m'a un peu rappelé Rick Riordan et son envie de mêler les personnages des différentes mythologies qu'il crée. Ici Patricia Briggs ne se contente pas d'un seul registre mythologique, elle semble avoir décidé de tout mêler dans son univers pour nous faire découvrir des créatures de plus en plus incroyables ! Et ça marche !

L'écriture est toujours aussi bonne, elle est très fluide, personnellement c'est une des rares séries que j'arrive à lire presque d'une traite en 2-3 jours (et parce que j'ai d'autres choses à faire à côté), non pas parce que l'écriture est trop simple (bien au contraire, les styles trop simples, me font étrangement buter sur les mots xD) mais parce que c'est très fluide, bien choisi !

Une très bonne suite pour une très bonne série !

9 / 10
Votre note ? Votre avis ?