dimanche 7 novembre 2021

Demi-vie - Rupture de Magali Laurent

 




Il y a quelques semaines, j'ai pu participer à la Masse critique Babelio et découvrir grâce aux éditions de Mortagne, le premier tome de la nouvelle série de Magali Laurent: Demi-vie. J'étais vraiment intriguée par le concept de l'histoire que l'autrice proposait d'autant que j'avais plutôt bien aimé le premier tome de sa série B.O.A (dont je cherche d'ailleurs à me procurer l'intégrale). 

Un scénario très original 
Ce qui m'a fait ajouter ce roman dans ma sélection (outre le fait que je connaissais déjà la plume de l'auteur) reste l'originalité du scénario. J'ai beaucoup aimé le principe de demi-vie. Dans le roman de Magali Laurent, l'autrice nous propose encore une fois un univers presque post-apocalyptique ou l'humanité a du s'adapter et vit maintenant dans des bulles, des villes mondiales où la vie est supportable. 
Ysia est une adolescente qui, à l'aube de ses 16 ans et de son nouveau réveil, va entrer dans l'âge adulte. Elle vit dans ce monde où un mois sur deux, elle est plongée dans un sommeil artificiel qui la maintient en vie et la prive du temps qu'elle pourrait passer au profit d'un autre qui s'endort quand elle se réveille. J'ai trouvé ce principe absolument génial: Ysia n'a donc vécu pleinement que 8 ans de sa vie, elle a dormit le reste du temps au profit de l'autre moitié de la population. Dans ce monde, chacun occupe une place nécessaire à la survie de l'humanité: travailler dans les jardins, entretenir les bâtiments, l'informatique, soigner les malades, surveiller les endormis... Chacun a sa place dans une société qui ne forme qu'un peuple, jusqu'à ce que tout dégénère...


➤ Un rythme qui s'accélère
Si l'on découvre le monde d'Ysia dans les premiers chapitres, son fonctionnement et ensuite sa nouvelle vie; le rythme prend assez vite de l'ampleur et passé le premier quart du roman les choses ne font que s'accélérer. J'ai beaucoup aimé ce rythme qui m'a rapidement emporté dans l'histoire et m'a donné envie d'en savoir plus à chaque page. L'objet livre est petit mais le rythme suit facilement le manque de page qu'on pourrait regretter. D'autant que l'écriture de l'autrice et la narration n'en sont pas moins diminués. On imagine facilement le tableau et on traverse l'histoire avec les personnages pour avoir la conclusion de ce premier tome. 
Le seul élément qu'on pourrait juger négatif est que, pour ma part, je ne me suis pas attachée aux personnages même si j'ai été touchée par leur demi-vie (d'ailleurs, j'ai un peu de mal à imaginer qu'une personne qui ait vécue uniquement huit ans pleinement soit aussi développée psychologiquement parlant). J'ai beaucoup apprécié l'alternance de chapitre entre Ysia et Driss, encore plus avec le petit twist de l'autrice concernant ce personnage qui m'a d'ailleurs amené à relire les chapitres en question. 


➤ Une fin surprenante
Toute cette histoire nous mène à une fin de premier tome qui laisse tout de même énormément de questions en suspend, d'autant que la fin est assez surprenante. Quand Ysia est enfin amenée à la source de tous les ennuis de la vielle, ce qu'elle découvre est à la fois intriguant et effrayant ! Cela donne toutefois envie de continuer la série surtout que d'autres personnages vont aussi être confrontés à bien des dangers !
Ce qui est aussi très intéressant avec le récit de Magali Laurent est qu'elle nous met aussi face à nos addictions des écrans, nos problèmes écologiques, la solitude qui pèse sur de nombreuses personnes dans un monde pourtant hyperconnecté. Le récit n'est pas juste fictif et met face à de nombreux problèmes sociétaux. 

Une bonne découverte pour ce premier tome malgré la fin peut être un peu trop surprenante et frustrante !

8 / 10 
Votre note ? Votre avis ?


mardi 2 novembre 2021

Carmilla de Sheridan Le Fanu

 




Carmilla m'avait été conseillé par une abonnée et quelques semaines plus tard je l'ai reçu dans la box horreur/épouvante de once upon a book, une très bonne surprise que je m'étais empressée de mettre dans ma PAL d'automne. 

➤ Un petit goût de Bram Stocker

Soyons clair, Carmilla a été édité en 1872 alors que Dracula n'est sorti qu'en 1897. Ce n'est donc pas Sheridan Le Fanu qui s'est inspiré de Bram Stocker, mais peut être le contraire est-il vrai. Quoi qu'il en soit j'ai retrouvé un peu le même style d'écriture c'est à dire un récit à la première personne, presque à la façon d'un journal intime. On n'y apprend d'ailleurs pas grand chose sur le personnage principal (je ne peux même pas vous dire son prénom alors que je viens de ferme le livre ^^') mais on suit sa vie et surtout les différentes peripéties qui la tourmentent à l'arrivée de Carmilla.

➤ Une vision du vampire loin des clichés d'aujourd'hui

Ce que j'aime dans ce genre de récit, c'est qu'il y a presque une sorte de respect envers ce genre de créature. Dans la bit-lit d'aujourd'hui, les vampires sont souvent vus et même réduits à des êtres ténébreux, séduisants, des bêtes de sexe ... et c'est tout. Ici, Carmilla est une jeune fille qui va se retrouvée invitée à vivre au château de notre personnage principal suite à un accident de la route. La demeure étant isolée, les deux jeunes filles vont lier des liens d'amitié très fort même si Carmilla refuse de donner des détails sur sa vie, sa demeure, sa famille ou même son enfance. Cette relation sera si intense qu'on pourrait presque la juger comme une relation amoureuse. C'est bien là le seul point commun qu'il pourrait y avoir entre ce récit et ceux de notre époque, et encore, il s'agit là plus d'un amour spirituel que physique.

➤ Une tension palpable

Je ne vais pas vous mentir, cette histoire n'a rien d'exceptionnel. Pourtant elle se lit très facilement et il y a un détail qui m'a marqué sur ses 123 pages, c'est que le mot "vampire" n'apparaît que dans les 10 dernières. C'est à dire que tout au long de la lecture, on sent qu'il y a quelque chose de mystérieux et même de dangereux chez Carmilla. De petits détails viennent ponctuer le récit d'une tension croissante et j'ai beaucoup aimé la façon dont les révélations sont amenées. 

En conclusion, c'est une bonne lecture à faire en ce moment. Carmilla m'a confirmé que j'aimais ces récits anciens sur les vampires, mystérieux et respectueux à la fois du folklore autour de cette créature. Si j'ai un conseil malgré tout à vous donner, ne lisez pas la préface. D'abord elle est très longue, écrite de façon assez particulière, et en plus elle est assez négative ...

8/10

Et vous, l'avez vous lu ? Avez-vous d'autres récits de ce genre à me conseiller ?

dimanche 31 octobre 2021

The Bone Seanson tome 2 : l'ordre des mimes de Samantha Shannon

 



J'avais bien aimé le premier tome même si j'étais passé loin du coup de coeur à cause de la complexité de l'univers qui m'avait parfois un peu perdue. J'étais néanmoins intrigué par ce second tome et je suis très contente d'avoir craqué pour ce qui s'est révélé être une vraie pépite !


➤ Une évolution du personnage principal
Même s'il y a beaucoup de personnages secondaires, Paige reste l'héroïne principal. Dans le premier tome, elle apparaît comme une jeune femme peu sûre d'elle, dépendante de son gang, sous la coupe de Jaxon. Ce qu'elle a vécu à Sheol I l'a complètement changé et c'est une femme forte et indépendante qui revient. Elle prend des décisions, des initiatives et des responsabilités parfois dangereuses pour aller au bout de ses idées, ce qui n'aurait jamais été le cas dans la Saison d'Os. Elle est clairement passée du stade d'exécutante à celle d'exécutrice et j'ai beaucoup apprécié ce changement.


➤ Une intrigue qui s'étoffe
Dans le premier tome, on découvrait la véritable raison de la traque des clairvoyants et l'histoire se concentrait plutôt sur la révolte des prisonniers de Sheol I contre les réphaïms. Dans cette suite, lorsque Paige revient à Londres, elle ne voit plus le monde limité à son gang mais elle regarde la ville  dans son entièreté. On suit à la fois les complots politiques entre le gouvernement et les réphaïms toujours fidèles à Nashira, mais aussi les luttes de pouvoir au sein même des Sept Cadrans puisque le poste de Suzerain de l'ombre devient vacant. Dénouer les stratégies de chacun n'est clairement pas de tout repos mais j'ai adoré la complexité de ces intrigues et même si j'ai vu certaines révélations arriver, d'autres m'ont scotché !


➤ Une intensité qui monte crescendo
Est ce que ce second tome est une bricasse ? Oui. Est ce qu'on y trouve des longueurs ? Non. Paige doit non seulement faire face à la traque des fugitifs dont elle fait parti, à Jaxon avec qui elle n'est plut tout à fait d'accord, à sa détermination à rendre publique l'existence des réphaïms, à son enquête sur la mort d'Hector pour laquelle elle fait parti des suspects et enfin à sa préparation pour la Mêlée afin de définir le nouveau suzerain. Ça fait énormément de petites intrigues mais c'est sans compter sur le talent de l'autrice qui réussit à tout imbriquer avec une tension permanente qui monte crescendo et rend la lecture très addictive.


Vous l'aurez compris, ce deuxième tome est loin d'être une passerelle. J'ai adoré ma lecture et je me suis régalé de chaque page. C'est donc une suite que je vous recommande chaudement !

9,5/10





Comme Milleca, j'avais adoré le premier tome et je n'avais qu'une hâte: découvrir la suite des aventures de Paige et des autres clairvoyants. 


➤ Au delà de la survie du personnage
Comme on vous l'a déjà fait remarquer plus haut, il y a dans ce tome une véritable évolution du personnage: Paige a quitté le carcan des Septs Cadrans dans le premier tome pour affronter la Saison d'Os, Sheol 1 et les Réphaïms. Après une révolution où le personnage a fait bien plus que sauver sa propre peau, Paige retourne à Scion pour se cacher mais aussi préparer son prochain coup. Car cette fois, Paige veut affronter le système et laisser à tous la possibilité de découvrir qui règne vraiment sur Scion et comment est traitée la population. 
Paige va chercher, par tous les moyens, à révéler son histoire et les événements dont elle a été témoin, au grand dam de Jaxon qui veut reprendre sa vie et son gang là où il les a laissé. 


➤ Des obstacles à surmonter
Outre un personnage principal en cavale et des alliés peu coopérants, Paige va faire face à de nouveaux problèmes: l'arrivée imminente d'un détecteur infaillible de clairvoyants, l'arrivée des Réphaïms qui la traquent et le meurtre du Suzerain de l'Ombre. Tout ces événements mettent Paige dans une situation intenable et pourtant le personnage résiste pour laisser entendre sa voix.
Nos personnage ne vont pas être épargnés et Paige va vraiment faire face, soutenue par Nick et quelques uns des évadés pour s'opposer au système mis en place par Nashira bien que celle-ci ne cesse de lui mettre des bâtons dans les roues.
J'ai adoré suivre toutes ces petites intrigues qui semblent presque secondaires pour certaines mais vont changer le visage de la pègre clairvoyante. J'ai adoré suivre Paige, son cheminement de pensée, ses actions qui vont la mener au point crucial de la fin de ce second tome.


➤ Une course haletante
Ce que j'avais adoré dans l'univers crée par Samantha Shannon, c'est qu'on ne s'ennuyait jamais. Le tome 1 était riche en rebondissements et celui-ci l'est tout autant. Pas une seule fois je me suis ennuyée en tournant les pages de cette brique de 619 pages. Encore une fois, je n'avais qu'une seule envie, terminer mon travail et avoir le temps de me pencher sur les pages de cette incroyable histoire. L'autrice ménage encore une fois très bien son suspens et distille au fur et à mesure de nouveaux éléments de l'intrigue, de nouveaux pièges ou encore l'apparition de nouveaux alliés. A la fin de ce second tome, je meurs d'envie d'attraper le troisième tome et la seule chose qui me retient est de n'avoir aucune idée de la date de sortie du quatrième et dernier tome !

 
➤ Un univers toujours aussi riche et un style exemplaire
Ce qui contribue encore une fois au récit de l'autrice, c'est son superbe univers. Le monde, les croyances, l'Histoire crée par Samantha Shannon pour la dominance de Scion sont incroyables, outre l'aspect paranormal, l'ensemble est très crédible et c'est ce qui assoit encore plus l'impact du récit sur le lecteur. Je n'aurais eu aucun mal à croire en ouvrant les journaux que je vivais à Scion et que l'histoire de Paige était réelle. Le style de l'auteur est très bon et malgré les problème récurrents de la maison d'édition dans ses traductions, je suis totalement passée à côté de quelconques coquilles ou traductions malheureuses, j'ai été happée par le récit sans conditions.


Encore une fois, pour moi, l'autrice s’illustre avec une second tome haut en couleur et époustouflant. Une seule envie: attraper le tome 3 et peut être aussi découvrir très bientôt Le prieuré de l'Oranger qui l'a fait connaître en France. 



10 / 10
Votre note ? Votre avis ?




vendredi 29 octobre 2021

Serpent & Dove - Shelby Mahurin

 
 
 

 Il y a quelques mois je me suis battue pour acquérir le premier et le deuxième de la série de Shelby Mahurin, Serpent & Dove, dont le résumé semblait intéressant et la couverture hyper alléchante. Beaucoup vu sur Tiktok et chez une instagrameuse que je suis, j'ai cédé à la tentation pour découvrir ce premier tome.
 

➤  Don't judge a book by its cover. 
Si il y a bien une chose qu'il faut retenir de cette lecture c'est que la couverture était beaucoup trop alléchante pour que je reste raisonnable. Il faut dire qu'avec une couverture pareille, je n'ai pas été trop regardante sur le résumé qui restait pourtant plutôt intéressant. Néanmoins, j'aurais une fois de plus du ne pas me laisser séduire par le vernis sélectif, le serpent doré et l'aura que dégageait cette couverture, j'aurais été beaucoup moins déçue. Car si la couverture est éblouissante, j'ai trouvé le livre pour le moins décevant. 


  Du déjà vu, en veux-tu, en voilà.
On ne va pas se mentir, le côté ennemies to lover était un des points qui avait motivé ma lecture. Malheureusement l'autrice n'a pas su me convaincre. Commençons d'abord par l'univers, si le monde dans lequel évolue nos personnage est construit de toutes pièces il n'est pas sans rappeler le Paris ou le Londres Moyenâgeux, d'autant que l'autrice utilise parfois quelques expressions en français (la plupart du temps pour jurer et parfois un peu à côté de la plaque). Ensuite les personnages restent assez clichés: les jeunes femmes, sorcières, fortes, la langue bien pendue, démoniaques comme par hasard dans un monde où elles devraient être reléguées au rang de femme et épouse soumise, maitresse de maison qui va élever ses enfants dans la grâce de dieu... Et le chasseur de sorcière, courageux, pieux, sans défaut, innocent... Plus manichéen, tu meurs. L'univers se veut proche de la chasse aux sorcières et de l'inquisition du Moyen-âge, les sorcières sont chassées et brûlées sur les bûchers car elles ne sont rien de moins que les suppôts du diable, même pas des êtres humains, juste des choses qu'il faut exterminer et bien sur... ce sont toutes des femmes. 
Néanmoins, la magie développée par l'autrice est très intéressant et j'ai beaucoup aimé découvrir le principe de Dame Blanche et Dame Rouge, j'aurais d'ailleurs voulu y découvrir d'autres types de magie.


➤  Louis, Reid et les personnages secondaires
Je ne sais pas si c'est l'effet "anglais" (puisque j'ai lu le livre en VO) qui a rendu mon attachement aux personnages moindre mais je n'ai pas réussi à m'y identifier ou à les apprécier, j'aurais d'ailleurs aimé en apprendre plus sur Coco que sur nos deux personnages principaux. D'ailleurs, ce sont pour moi les personnages secondaires de cette intrigue, plus subtils, plus mystérieux qui me semblent intéressants. Les secrets de nos personnages sont peu subtils, il est très facile de "deviner" qu'ils sont tous liés. Quant à la relation entre Lou et Reid, même si j'apprécie énormément les histoires "ennemies to lovers",  j'ai trouvé leur relation assez faible et je n'ai pas trouvé les sentiments développés à la hauteur de mes attentes. 
Quant au "méchant" de l'histoire, dont le nom n'est d'ailleurs pas très original (et plutôt un choix facile), on reste encore une fois sur du purement manichéen, outre le salut de son peuple, ça n'en reste pas moins un personnage diabolique. 


➤  La fin sur les chapeaux de roues.
La dernière chose que je dois souligner c'est la longueur des trois premiers quarts du livre qui malgré les rebondissement n'a pas su me tenir en haleine. Il faut croire que les petits défauts combinés ont en plus ralenti ma lecture. La fin nous offre tout de même un rythme plus soutenu puisque les événements s'enchaînent sur un rythme plus rapide et l'action prend plus d'ampleur, la surprise de fin reste intéressante même si, pour moi, la plus intéressante reste les toutes dernières révélations de Coco qui nous promettaient de découvrir un personnage intéressant !
 
 
Le style de l'autrice est simple outre ses petites incursions dans notre langue française, pour ce point rien à redire. Le livre me laisse néanmoins le goût d'un premier roman qui manque de détails et d'approfondissements sur certains points notamment en matière de mythologie, de personnages principaux et d'action. Espérons que l'autrice saura se rattraper sur le second tome.

8/10




➤  Une histoire classique

Comme vous l'a dit Priscila, la base de l'histoire n'a rien d'original. La haine entre humains et surnaturels, la traque et la mort des sorcières, la peur de leurs pouvoirs ... c'est un schéma qui a probablement des centaines d'années. 
Concernant la "caricature" des personnages, j'avoue que pour une fois ça ne m'a pas dérangé. Si on avait eu le contraire, c'est à dire une femme pieuse et douce et un sorcier ténébreux, séduisant et à la langue bien pendante (cf Grisha ? Je dis ça ...), j'aurais probablement levé les yeux au ciel aussi. Personnellement je pense que ça fait parti du genre, on ne peut pas y couper. Tout comme on attend bien sûr le rapprochement entre Reid et Lou qui est inévitable et qui a pu créer des longueurs pour certains lecteurs habitués à ce genre de récit.

➤  La force des personnages secondaires

Personnellement, j'ai bien aimé l'histoire de Reid et Lou. J'avoue que je n'ai pas deviné tous les liens qui les unissait mais je n'ai pas cherché non plus, je me suis juste laissé entraîner par cette histoire. Malgré tout je reconnais que les personnages secondaires, notamment Cosette, promettent une suite beaucoup plus surprenante. J'ai d'ailleurs moi aussi beaucoup aimé voir deux clans de sorcières aux pouvoirs différents et j'ai vraiment hâte d'en apprendre plus sur les sorcières rouge.

Globalement, tous les personnages ont évolué dans ce premier tome et tous ont un caractère intense qui promet frictions et joutes verbales intéressantes. J'ai passé un bon moment de lecture donc je vous recommande ce premier tome mais j'attends beaucoup de la suite et j'espère ne pas être déçue !


8 / 10 
Votre note ? Votre avis ?

vendredi 15 octobre 2021

De sang, d'écume et de glace d'Alexiane de Lys


 


Dans le cadre de la dernière lecture commune du groupe Bee-bliothèque , j'ai pu découvrir le dernier roman d'Alexiane de Lys, sorti tout juste cette année ! Nous vous avions proposé une lecture sur les sirènes pour finir l'été en beauté ! Pour ma part, je n'avais pas encore découvert la plume de l'autrice bien que j'ai récemment offert l'intégrale des Ailes d'émeraude à ma mère. J'ai d'ailleurs pu rencontrer l'autrice aux Halliénnales. 


➤  Un thème que l'on ne voit pas souvent
Si il y a bien une des créatures mystérieuses/mythologiques/magiques sur lesquelles j'ai lu peu d'histoires, ce sont bien les sirènes. Comme l'avait souligné Milleca, quand nous avions proposé cette lecture, il n'y pas encore énormément de romans sur le sujet bien que le marché commence à s'étendre et surtout à devenir un peu plus médiatisé, notamment avec des romans comme Le Royaume assassiné ou encore les Twisted Tales de Disney. Pour ma part, je n'avais lu que le diptyque Attirance et le stand-alone de Kiera Cass La Sirène. Je suis donc toujours curieuse de découvrir un roman avec un sujet dont je n'ai pas vraiment l'habitude. 


➤  L'adolescence et ses transformations
Si il y a bien des sujets difficiles à aborder c'est l'adolescence, pimentez le tout avec une transformation en sirène et vous aurez le combo gagnant. Ce que j'entends par là c'est que l'autrice met en avant un personnage finissant ses années lycée: Perséphone est une jeune femme (elle passe son bac donc 18 ans ou presque, je ne sais plus) qui n'a pas vraiment vécu son adolescence comme les autres: martyrisée, insultée à cause de son physique, Perséphone n'a pas vraiment apprécié les dernières années qui se sont écoulées, sauf avec ses parents bien que ces derniers ne comprennent pas la maladie dont la jeune femme est atteinte et qui souffre malgré tout de ce handicap. Alors quand, à peu près sûre de mourir, on bouscule ses plans pour l'envoyer en vacances en Bretagne où elle n'est pas au bout de ses surprises, la jeune femme fait face à de nombreux chamboulements. On sent assez vite le côté encore presque jeunesse du récit et la fin de l'adolescence de Perséphone qui bascule entre témérité, compréhension et total hystérie parfois. 
Alexiane de Lys nous offre aussi une jolie transition entre le côté humain de notre personnage et sa nature de sirène, influencée par l'ethnie à laquelle elle appartient. J'ai beaucoup aimé cet aspect qui était bien amené et soulignait un peu cette ambiguïté de réaction que pouvait avoir le personnage principal. 


➤  Des légendes de nos régions et un côté français bien affirmé
Outre l'histoire de Perséphone, Alexiane de Lys nous propose de redécouvrir les légendes de notre chère Bretagne (ne mentez pas, tous les lecteurs aiment la Bretagne à cause des ses légendes, de son atmosphère et des supers goûters qu'on peu faire en lisant xD). En plus des sirènes, on découvre ou redécouvre le mythe de la légende de la ville d'Ys qui n'est pas l'un des plus connus je trouve (on pense très vite à Morgane la Fée et plus connus encore Les chevaliers de la Table Ronde ou les légendes de Brocéliande). 
On reconnait aussi assez vite la plume francophone d'Alexiane de Lys avec des expressions bien senties de notre hexagone ou des références acquises au patrimoine franco-belge ("Par Toutatis !" xD). 


➤  Un peu de prévisibilité mais une bonne histoire
Le récit et notamment le dénouement du premier tome laisse un peu mûrir quelques intuitions concernant le twist final de ce premier tome mais, globalement, l'autrice a réussi à bien mener sa barque pour surprendre son lecteur. J'ai beaucoup aimé l'univers mis en place par Alexiane de Lys et j'ai très envie de découvrir le second tome et la suite de l'histoire de Perséphone. 

Si vous avez envie d'en découvrir plus sur cette lecture commune sur les sirènes, je vous invite à regarder le live en replay sur Youtube en cliquant ici
 
 8 / 10
 
 

 
Comme Priscila vous a donné pas mal d'informations, je serais assez brève de mon côté. Globalement je suis plutôt de son avis mais j'ai quand même quelques bémols. 
 
➤  Une héroïne agaçante
D'abord, le côté adolescent est quand même très exacerbé. Perséphone a une personnalité assez franche depuis sa transformation et elle passe rapidement d'un extrême à un autre. En soi, ce n'est pas un défaut mais j'ai eu parfois du mal à suivre ces changements d'humeur et d'idée. Elle a aussi une tendance à utiliser des surnoms et tournures de phrases qui m'ont plusieurs fois fait lever les yeux au ciel. Certes elle est majeure mais son comportement est loin d'être mature et ça m'a vraiment empêché de m'attacher réellement à cette héroïne.
 
J'avoue que ce qui m'a fait continuer cette lecture ce sont surtout les personnages secondaires, notamment Mewen et la princesse d'Ys qui m'ont beaucoup intrigué. L'histoire des différents peuples de sirène est aussi très intéressante et il y a quelques rebondissements que je n'ai pas vu venir et que j'ai adoré. C'est une histoire qui a un super potentiel, j'espère donc trouver un personnage principal plus mature dans le deuxième tome.
 

6 / 10
Votre note ? Votre avis ?




jeudi 14 octobre 2021

Dune de Denis Villeneuve

 



Il y a quelques semaines, j'ai profité d'un voyage à Paris pour aller découvrir sur le Grand large du Grand Rex (un super large écran de cinéma dans un superbe cadre) quelques jours après sa sortie, le nouveau film de Denis Villeneuve: Dune. J'attendais ce film avec impatience, même si j'avais espéré lire le roman de Frank Herbert avant, ce qui n'a pas été possible. 


➤  Un grand et nouvel univers de SF
Comme je vous le disais, j'attendais avec impatience ce nouveau film. Je savais qu'à l'image d'autres grands univers de SF, Dune allait nous permettre de vivre, à travers de somptueuses images, l'aventure incroyable d'un nouvel héros entre différentes planètes. On y découvre plusieurs peuples et plusieurs planètes dont l'entente semble plus que bancale. Mené par un Empereur dont on ne sait rien, à part qu'il entretient peut être une certaine jalousie à l'égard de Atréïdes, les Harkonnen quittent la planète Arakis, surnommée Dune pour la céder à duc Leto, chef de la maison Atréïdes. Pas d'équivoque, le cadeau est bel et bien empoisonné et la défection de l'empereur est palpable. Vaisseaux, machines de guerre et supers soldats seront au rendez-vous. 


➤  Un personnage, une destinée
Si on comprend assez vite que l'histoire va mal tourner pour les Atréïdes, Paul, le héros du film, laisse apercevoir un espoir: il serait peut être l'élu, Muad'Dib, attendu par les Bene Gesserit et les habitants de Dune. Eduqué par sa mère, Jessica, une Bene Gesserit, il apprend à maîtriser la Voix et connait la Manière. Mais il rêve. Il rêve de Dune et de cette jeune femme chaque nuit. Les rêves sont prégnants et il souhaite rejoindre Dune au plus vite et éviter les malheurs qu'il entrevoit. Il se méfie des Bene Gesserit et très vite, on ne sait plus qui est dans le camps de qui, qui est bon, qui est mauvais et où cette histoire de Muad'Dib va conduire Paul. 
Malgré tout, Paul va vite comprendre que c'est en cherchant à éviter sa destinée qu'on finit par la rencontrer quand la maison Atréïdes est trahie sur Dune.


➤  Un film contemplatif
Si vous vous attendez à une énergie explosive, une course contre la montre et un héros débordant d'énergie, vous allez vite déchanter. Dune est contemplatif, un peu long par moment, il va en dérouter un certain nombre. Le film nous offre de sublimes paysages de la planète Arakis, toute en dunes de sable et en montagnes. Le film vit presque au rythme de ces dunes. L'action est longue à prendre, les enjeux politiques énormes. Le film met en place doucement mais surement son univers et ses nombreux personnages aux subtilités plus ou moins prononcées. Comme je le disais, difficile de connaitre les motivations réelles des uns et des autres et d'entrevoir l'avenir de Paul. 


  Une suite attendue !
Bien que les longueurs se soient parfois faites ressentir, j'ai beaucoup apprécié mon visionnage de Dune. Le jeu des acteurs étaient bons, j'étaient ravie de revoir Timothée Chalamet, Zendaya, Oscar Isaac, Josh Brolin, Stellan Skarsgard, Jason Momoa ou Dave Bautista. C'est un très bon film introductif qui donne envie d'aller plus loin dans l'univers: je n'avais qu'une envie rentrer et attraper le livre pour aller plus loin puisque le film n'est l'adaptation que de la première partie du roman. 


8,75 / 10
Votre note ? Votre avis ?